Barre de menu Gouvernement du Canada

Symbole du gouvernement du Canada

La barre de navigation primaire

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. Transports Canada
  3. CANUTEC
  4. Guide des mesures d'urgence 2016
  5. Contrôle des incendies et des déversements

Contrôle des incendies et des déversements

Contrôle des incendies

L'eau est l'agent d'extinction des incendies le plus courant et, en général, le plus facile à obtenir. Faites preuve de prudence en choisissant un mode d'extinction des incendies, puisque dans chaque cas, il faut tenir compte de nombreux facteurs. L'eau risque d'être inefficace lorsqu'il faut combattre des incendies mettant en cause certaines matières; l'efficacité dépend grandement du mode d'application.

Les incendies suivant un déversement de liquides inflammables sont généralement maîtrisés au moyen d'une mousse extinctrice appliquée à la surface de la matière en feu. La lutte contre les feux de liquides inflammables exige une mousse extinctrice chimiquement compatible avec ces derniers, le mélange approprié de cette mousse avec l'eau et l'air, ainsi que l'application et le maintien de la couche de mousse. Il y a en général deux types de mousse extinctrice: régulière et anti-alcool. Des exemples de mousses régulières sont la mousse protéinée, la mousse fluoroprotéinée et la mousse aqueuse qui forme un film flottant (mousse AFFF). Certains liquides inflammables, notamment un bon nombre de produits pétroliers, peuvent être maîtrisés au moyen de la mousse régulière. D'autres, notamment les solvants "polaires" (des liquides qui sont solubles à l'eau) comme les alcools et les cétones, ont des propriétés chimiques différentes. Un incendie mettant en cause ces matières ne peut être facilement maîtrisé avec de la mousse régulière et exige l'application d'une mousse qui résiste à l'alcool. Les incendies qui se rapportent à des solvants polaires (liquides inflammables solubles dans l'eau) peuvent être difficiles à maîtriser et exigent l'application d'une plus grande quantité de mousse que les autres feux de liquides inflammables (voir les normes 11 et 11A de la NFPA/ANSI pour de plus amples renseignements). Reportez-vous à la page-guide appropriée pour déterminer quel type de mousse est recommandé. Même s'il est impossible de faire des recommandations précises au sujet des liquides inflammables qui présentent des risques de corrosion ou d'intoxication secondaires, la mousse qui résiste à l'alcool peut être efficace pour bon nombre de ces matières. Il faut composer le plus tôt possible le numéro de téléphone d'intervention d'urgence qui figure sur le document d'expédition, ou communiquer avec l'organisme d'intervention d'urgence approprié, pour obtenir les renseignements nécessaires et déterminer l'agent extincteur à utiliser. Le choix définitif de ce dernier et du mode d'utilisation est tributaire d'une foule de facteurs, comme l'endroit où l'accident s'est produit, les risques d'explosion, l'ampleur de l'incendie, les préoccupations environnementales ainsi que la disponibilité sur place d'agents et de matériel extincteurs.

Matières qui réagissent avec l'eau

On utilise parfois l'eau pour rincer les déversements et réduire ou orienter les vapeurs dans les situations où cela s'impose. Certaines des substances visées par le Guide peuvent réagir violemment, ou même exploser, au contact de l'eau. Lorsqu'elles sont en cause, envisagez de laisser le feu brûler ou de ne pas vous attaquer au déversement (sauf pour endiguer le produit pour réduire sa dispersion) tant que vous n'aurez pas obtenu les conseils techniques appropriés. Les pages-guides appropriées vous avertissent clairement de ces réactions potentiellement dangereuses. Les substances en question justifient l'obtention de conseils techniques, parce que:

  1. l'eau qui pénètre dans un contenant qui s'est brisé ou qui fuit peut provoquer une explosion;
  2. l'eau peut être nécessaire pour refroidir des contenants adjacents afin d'en empêcher la rupture (ou l'explosion) ou de ralentir la propagation des incendies;
  3. l'eau peut être efficace pour atténuer la gravité d'un incident mettant en cause une matière qui réagit à l'eau, mais seulement si on peut assurer un débit suffisant pendant une longue période; et
  4. les substances qui résultent de la réaction avec l'eau peuvent être encore plus toxiques, corrosives ou indésirables que celles qui découlent d'un incendie pour lequel on n'a pas utilisé d'eau.

Lorsque vous intervenez à la suite d'un incident mettant en cause des produits chimiques qui réagissent avec l'eau, tenez compte des conditions ambiantes comme le vent, les précipitations, l'endroit et le degré d'accessibilité, ainsi que de la disponibilité des agents nécessaires pour contrôler l'incendie ou le déversement. À cause du grand nombre de variables, la décision d'utiliser de l'eau pour combattre les incendies ou les déversements de substances qui réagissent avec l'eau doit être prise par une personne ou un organisme autorisé, par exemple le fabricant, avec qui on peut communiquer grâce au numéro de téléphone en cas d'urgence ou à l'organisme d'intervention d'urgence approprié.

Contrôle des vapeurs

Les mesures visant à limiter la quantité de vapeurs dégagées par une flaque ou une mare de liquides inflammables ou corrosifs sont une préoccupation bien réelle. Elles exigent l'utilisation de vêtements de protection appropriés, d'équipements spéciaux, d'agents chimiques appropriés et de personnels compétents. Avant d'essayer de contrôler les vapeurs, obtenez les conseils d'une personne ou d'un organisme expérimenté dans les tactiques à employer.

Il y a plusieurs façons de réduire au minimum la quantité de vapeurs qui sont dégagées d'une flaque ou d'une mare de liquides déversés, comme les mousses spéciales, les agents absorbants/adsorbants et les agents de neutralisation (neutralisants). Pour être efficace, chaque méthode de contrôle des vapeurs doit être choisie en fonction de la substance en cause, et mise en oeuvre d'une façon qui atténuera les conséquences de l'incident plutôt que de les aggraver.

Lorsqu'on connaît spécifiquement les matières impliquées, comme celles qui sont dans des usines ou des entrepôts, il est souhaitable que l'équipe d'intervenants d'urgence prenne des arrangements, au préalable, avec les exploitants de ces installations pour choisir et entreposer les agents de contrôle en question avant qu'un déversement se produise. Sur le terrain, les premiers intervenants risquent de ne pas avoir avec eux le meilleur agent de contrôle pour des vapeurs dégagées par une substance donnée. Ils ne pourront vraisemblablement se servir que de l'eau et d'un genre de mousse extinctrice quelconque. Il est donc probable qu'ils n'utiliseront que de l'eau pulvérisée. Comme l'eau sert à former un joint d'étanchéité, il faut prendre soin de ne pas agiter le déversement ou de ne pas l'étendre davantage. Les vapeurs qui ne réagissent pas avec l'eau peuvent être éloignées du site au moyen des courants d'air entourant l'eau pulvérisée. Avant d'utiliser l'eau pulvérisée ou une autre méthode sécuritaire de contrôle d'émission de vapeurs ou pour supprimer l'ignition, obtenez un avis technique basé sur l'identification spécifique du nom de produit chimique.

BLEVE (Boiling Liquid Expanding Vapour Explosion)

La section suivante présente, des renseignements généraux au sujet du phénomène de BLEVE ainsi qu'un tableau qui fournit d'importantes informations sécuritaires à considérer lorsque confronté à une situation qui implique des Gaz de Pétrole Liquéfiés (GPL), UN1075. Les GPLs incluent les gaz inflammables suivants: Butane, UN1011; Butylène, UN1012; Isobutylène, UN1055; Propylène, UN1077; Isobutane, UN1969; et le Propane, UN1978.

Quels sont les principaux dangers que présente un BLEVE?

Les principaux dangers posés par un BLEVE de GPL sont :

  • le feu;
  • le rayonnement thermique du feu;
  • l'onde de choc;
  • les projectiles.

Ces dangers diminuent à mesure que vous vous écartez du centre d'un BLEVE. Les dangers les plus menaçants sont les projectiles.

Cette information a été développée pour Transports Canada, l'Association canadienne des chefs de pompiers et l'Association canadienne du gaz propane par le Dr. A. M. Birk, Université Queen's, Kingston (Ontario) Canada.

Pour une vidéo présentant de l'information au sujet d'éléments de sécurité importants par rapport aux BLEVEs, veuillez visiter: https://www.tc.gc.ca/fra/tmd/publications-menu-1238.html. Cette vidéo peut être visionnée directement sur le site web. Pour commander une copie DVD de la vidéo veuillez nous contacter par courriel à l'adresse suivante: TDG-RD-TMD@tc.gc.ca..

Date de modification :
2016-08-25